La pr√©paration de l‚??organisation

L’analyse de risque

Les organisations ou lesprogrammes peuvent trouver utile de procéder à une analyse des risques. Une analyse des risques permet aux concepteurs de programmes, aux gestionnaires ou aux exécutants un aperçu des risques qui peuvent surgir à une date ultérieure. Ils peuvent identifier la violence sexiste ou les risques de protection des enfants à travers leur programme / organisation et évaluer si les risques sont de niveau faible, moyen ou élevé. Ils peuvent également utiliser l'analyse du risque pour développer des stratégies qui permettent d'atténuer ces risques.

Traditionnellement, √† travers les cultures, le sujet de la violence sexiste n'est pas discut√© ouvertement. Malgr√© le fait que la plupart de la violence est commise par les hommes, elle est consid√©r√©e comme un probl√®me de femmes / fille.¬† ¬†Dans de nombreuses soci√©t√©s, la violence sexiste est culturellement tol√©rable. ¬†Les survivantes gardent leurs abus secrets par peur d'embarras, d‚Äô√©chouer leur famille, d'√™tre victimes de marginalisation sociale, ou d‚Äô√™tre consid√©r√©s immariables, ne pas √™tre cr√©dibles¬† ou d'√™tre victimes de¬† violence r√©p√©t√©.¬† ¬†Dans les cultures o√Ļ les auteurs ont l'impunit√© pour les actes de violence contre les femmes, les survivantes ne voient souvent pas le point de parler.

Le silence aggrave l'épidémie: Les survivantes on un accès limité aux soins médicaux (médicaments pour traiter le VIH), aux ressources juridiques (accès limité aux tribunaux) et psychologiques, elles ne reçoivent pas le soutien émotionnel et la protection dont elles ont besoin dans le futur et les auteurs, individuellement et collectivement sont libres de poursuivre les abus.  Le silence invite les profondes cicatrices de la violence sexiste de continuer à reposer sur les individus, les familles et les communautés.

 Tout programme sportif souhaitant s'adresser à la violence sexiste doit être prêt à briser le silence et parler ouvertement des causes, des réalités, les détails crus et des mécanismes de réponse appropriés. Cela implique une volonté d'aborder le sexe, les organes, la maladie, la grossesse et la violence, entre autres sujets, sans honte ni implication personnelle.  L'engagement à construire l'alphabétisation et l'ouverture autour de la violence sexiste doit venir de la direction et étendre à toute l'organisation, en particulier à ceux qui travaillent directement avec les jeunes.